首页 法国新闻 中法关系 入门语音 法语阅读 专题学习 法国大学 法国电影 法国香颂 留学法国 在线词典 下载 图片 招聘 院校搜索 网址 商城 论坛
目前位置:缘缘法语 > 法语学习 > 法语听力
文章搜索:
[名著朗读]Deux amis两个朋友-难度:中等

http://www.yuanFr.com 编辑:yuanFr 发布时间:2007-5-22
[加入ViVi收藏夹] [收藏到365Key] [ ]

难度:中等

Guy de Maupassant, Deux amis

莫泊桑( Guy de Maupassant , 1850-1894 )是法国十九世纪末著名的现实主义作家,出生于诺曼底的第厄普( Dieppe )附近的一个没落的贵族家庭。1870年普法战争时他曾在机动保安部队中服役,战后在海军部里长期任一名政府小职员。他在法国现实主义文学名师福楼拜的指导下,一边观察剖析社会,一边从事文学习作。他还结识了另一位有名的现实主义作家左拉。他在1988年以后的十二年中写了三百多篇短篇小说和六篇长篇小说。作者丰富的社会体验和对社会的深刻观察为他的文学创作提供了大量的素材。在写作时,他善于抓住最典型、最能说明问题本质的现象,往往只用几千字的篇幅就把作品的主题和人物的灵魂揭示得淋漓尽致。他的短篇小说在世界文学史上占有相当重要的地位,他是我国读者熟悉的法国作家之一。

« 两个朋友 Deux amis » : 描写两个巴黎小市民到郊外去钓鱼,被普鲁士逮捕,两人在敌军官面前宁死不愿说出通过法军前哨阵地的口令而被枪杀的故事。

Deux amis
Paris était bloqué, affamé et ralant. Les moineaux se faisaient bien rares
sur les toits, et les égouts se dépeuplaient. On mangeait n’importe quoi.
Comme il se promenait tristement par un clair matin de janvier le long
du boulvard extérieur, les mains dans les poches de sq culotte d’uniforme et
le ventre vide, M. Morissot, horloger de son état et pantouflard par occasion,
s’arreta net devant un confrère qu’il reconnut pour un ami.C’était M. Sauvage ,
une connaissance du bord de l’eau.
Chaque dimanche, avant la guerre, Morissot partait dès l’aorore ; une canne
en bambou d’une main, une boite en fer-blanc sur le dos. Il prenait le chemin
de fer d’Argenteuil , descendait à Colombes, puis gagnait à pied l’ile Marante.
A peine arrivé en ce lieu de ses reves, il se mettait à pecher ; il pechait jusqu’à
la nuit.
Chaque dimanche, il rencontrait là un petit homme replet et jovial, M.
Sauvage, mercier, rue Notre-Dame-de-Lorette, autre pecheur fanatique. Ils
passaient souvant une demi-journée cote à cote, la ligne à la main et les pieds
balants au-dessus du courant ; et ils s’étaient pris d’amitié l’un pour l’autre.

两个朋友

巴黎被围困,在挨饿,在苟延残喘。屋顶上麻雀越来越稀少了,阴沟里的小动物也已经绝迹。人们饥不择食。
莫利索先生,以钟表匠为业,偶然也当过几天国民自卫军,在正月里一个晴朗的早晨,他空着肚子,双手插在军服的裤袋里,闷闷不乐地沿着环城大道散步。他走到一个被他交为朋友的同志面前突然停住了脚步。那是索瓦热先生,一个在河边相识的熟人。
战前,每逢星期天,莫利索先生一清早就拿着竹钓竿,背着白铁盒出
去了。他塔乘开往阿让兜去的火车,到可伦布下车,然后步行到马朗岛。
他一到这梦想的地方就开始钓鱼,一直钓到天黑。
每个星期天,他总在那里遇到一个身体肥胖、性情愉快的小个子索瓦热先生。他是洛莱特圣母院街上的服饰用品商,也是一个钓鱼迷。他们经常手握钓竿,两腿垂悬在水面上,肩并肩地过上大半天,于是彼此产生了友谊。
En certains jours, ils ne parlaient pas. Quelquefois ils causairnt ; mais
ils s’entendaient admirablement sans rien dire, ayant des gouts semblables
et des sensations identiques.
Au printemps, le matin, vers dix heures, quand le soleil rajeuni faisait flotter
sur le fleuve tranquille cette petite burée qui coule avec l’eau, et versait dans
le dos des deux enragés pecheurs une bonne chaleur de saison nouvelle,
Morissot parfois disait à son voisin : « Hein ! quelle douseur ! » et M.
Sauvage répondait : « Je ne connait rien de meilleur. » Et cela leur suffisait
pour se comprendre et s’estimer.
A l’automne, vers la fin du jour, quand le ciel, ensanglanté par le
soleil couchant,jetait dans l’eau des figures de nuages écarlates, empourprait
le fleuve entier, enflammait l’horizon, faisait rouges comme du feu les deux amis,
et dorait les arbres roussis déjà, frémissants d’un frisson d’hiver, M. Sauvage
regardait en souriant Morissot et prononçait : « Quel spectacle ! » Et
Morissot émerveillé répondait, sans quitter des yeux son flotteur : « Cela vaut
mieux que le boulevard, hein ? »
Dès qu’ils se furent reconnus, ils se serrèrent les mains énergiquement, tout
émus de se retrouver en des circonstances si différentes. M. Sauvage, poussant
un soupir, murmura : «En voilà des événements ! » Morissot, très
morne, gémit : « Et quel temps ! C’est aujourd’hui le premier beau jour
de l’année. »

两个朋友(2)

有些天,他们不说话。有时候他们聊上几句。但是,尽管不说话,他们彼此十分投契,因为他们兴趣相同,情感也一样。
春日的早晨,十时左右,恢复青春活力的太阳使平静的河面上升起一层随水流动的薄雾。阳光射到两个钓鱼迷的背上,给他们一种新时令的温暖的感觉。莫利索有时候对身旁的那个人说:“ 恩,多舒服!”。这时索瓦热先生回答说:“再也没有比这更舒服的了。”这两句话就足够使他们互相了解、互相尊重的了。
秋日的黄昏,夕阳把天空照得通红。鲜红的云彩倒映在水中把整条
河流染成绛色,天际像在燃烧,两个朋友的脸被照得火红。枯黄的树木在
寒风里嗦嗦地抖动,也被镀上了一层金色。索瓦热先生面带笑容望着
莫利索说:“多美的景色呀!”赞叹不已的莫利索两眼不离浮子,回答说:“这比逛大街要强得多吧,恩?”
这一天,他们两人彼此认出以后就使劲地握手。他们在这时过境迁的
情况下相遇,心情都异常激动。索瓦热先生叹了一口气,低声说:“事变可真不少啊!”莫利索心情十分忧郁,感慨地说:“今天的天气倒真好!还是今年的第一个好天气哩!”

Le ciel était , en effet, tout bleu et plein de lumière.
Ils se mirent à marcher cote à cote, reveurs et tristes. Morissot reprit :
« Et la peche ? hein ! auel bon souvenir ! »
M. Sauvage demanda : « Quand y retournerons-nous ? »
Ils entrèrent dans un petit café et burent ensemble une absinthe ; puis
ils se remirent à se promener sur les trottoirs.
Morissot s’arreta soudain : « Une seconde verte , hein ? » M. Sauvage
y consentit : « A votre disposition. » Et ils pénétrèrent chez un autre
marchand de vins.
Ils étaient fort étourdis en sortant, troublés comme des gens à jeun dont le
ventre est plein d’alcool. Il faisait doux. Une brise caressante leur chatouillait
le visage.
M. Sauvage , que l’air tiède achevait de griser, s’arreta : « Si on y allait ? »
--- Où ça ?
--- A la peche donc.
--- Mais où ?
--- Mais à notre ile. Les avant-postes français sont auprès de Colombes.
Je connais le cononel Dumoulin ; on nous laissera passer facilement.
Morissot frémit de désir : « C’est dit. J’en suis. » Et ils se séparèrent
pour prendre leurs instruments.

天空确是一片蔚蓝,充满了阳光。
他们都在沉思默想,闷闷不乐,并肩地走着。莫利索接着又说:“钓鱼?恩!回想起来多么美好呀!”
索瓦热先生问:“我们什么时候再去?”
他们走进一家小咖啡馆,大家喝了一杯苦艾酒,随后又在人行道上散步。
莫利索突然停住了脚步说:“再来一杯,怎么样?”索瓦热先生答道:“我听您的。”于是他们又走进了另一家酒店。
他们从那里出来的时候,头脑昏沉沉的,象是空肚皮喝饱了酒的人那样,迷迷糊糊地。天气和暖,和风吹拂他们的脸,怪舒服的。
索瓦热先生被和风吹得飘飘然,他停住了脚步,说:“咱们去那儿,怎么样?”
“去哪儿?”
“去钓鱼呗!”
“到哪儿去钓呀?”
“到我们的岛子上去呗!法国部队的前哨就在可伦布附近。我认识杜
马林上校,没有问题,他们会放我们过去的。”
莫利索非常激动地说:“就这么说定了,我准来。”于是他们各自分头去取钓具。

Une heure après, ils marchaient cote à cote sur la grand-route. Puis ils gagnèrent la villa qu’occupait le colonel. Il sourit de leur demande et consentit à leur fantaisie. Ils se remirent en marche, munis d’un laisser-passer.

一个小时以后,他们又并肩走在大路上了。他们来到上校占用的那座别墅里。上校对他们的请求笑了笑,也就同意了他们的怪花样。他们带着通行证又上路了。

Bientot ils franchirent les avant-postes, traversèrent Colombes abandonné, et se trouvèrent au bord des petits champs de vigne qui descendent vers la Seine. Il était environ onze heures.

一会儿,他们通过前哨,穿过荒凉的可伦布,来到几块小葡萄田的边上,田的下坡就是塞纳河。这时大约十一点钟。

En face, le village d’Argenteuil semblait mort. Les hauteurs d’Orgemont et de Sannois dominaient tout le pays. La grande plaine qui va jusqu’à Nanterre était vide, toute vide, avec ses cerisiers nus et ses terres grises.

对面,阿让兜村象死了的一样。奥极蒙和撒纳阿两个高地俯瞰着这个地区。从那儿到南丹尔是一大片平原,那里什么也没有,只有几棵光秃的樱桃树和灰色的土地。

M. Sauvage , montrant du doigt les sommets, murmura : « Les Prussiens sont là-haut ! » Et une inquiétude paralysait les deux amis devant ce pays désert.

索瓦热先生指着山顶,低声说:“普鲁士人就在那上面!”面对这荒无人烟的地方,两个朋友担心害怕起来,停止不动了。

« Les Prussiens ! » Ils n’en avaient jamais aperçu, mais ils les sentaient là depuis des mois,autour de Paris, ruinant la France, pillant, massacrant, affamant, invisibles et tout-puissants.Et une sorte de terreur surperstitieuse s’ajoutait à la haine qu’ils avaient pour ce peuple inconnu et victorieux.

普鲁士人!他们可从来没有见到过。但是好几个月来,他们感到这些人就在那儿,就在巴黎的周围,蹂躏着法国,抢劫、屠杀、造成饥谨。这些人是看不见的,但是无所不能的。他们对这些素不相识的却又打了胜仗的民族本来就怀有仇恨,现在更增添了一种谈虎色变的恐惧心理。

Morissot balbutia : « Hein ! si nous allions en rencontrer ? »
M. Sauvage répondit, avec cette gouaillerie parisienne reparaissant malgré tout :

莫利索结结巴巴地说:“嗳,要是我们碰上了他们,什么办?”
索瓦热先生用巴黎人那种不管在什么情况下都爱开玩笑的口吻回答说:

« Nous leur offririons une friture. »
Mais ils hésitaient à s’aventurer dans la campagne, intimidés par le silence de tout l’horizon.

“那咱们就请他们吃油煎鱼罢。”
但是,四周一片寂静,吓得他们犹豫不决,不敢闯到田野里去冒险。

A la fin, M. Sauvage se décida : « Allons, en route ! mais avec précaution. » Et ils descendirent dans un champ de vigne , courbés en deux, rampant, profitant des buissons pour se couvrir, l’oeil inquiet, l’oreille tendue.

最后,索瓦热先生打定了主意,说:“向前走吧,不过要小心。”于是他们弯着腰,利用矮树丛作掩护,往葡萄田里爬下去,眼睛不安地在张望,耳朵注意地在倾听。

Une bande de terre nue restait à traverser pour gagner le bord du fleuve. Ils se mirent à courir ; et dés qu’ils eurent atteint la berge, ils se blottirent dans les roseaux secs.

现在还得越过一长条光秃秃的地面才能到达河边。他们就奔跑起来,一跑到河岸他们立刻蹲在干枯的芦苇丛里。

Morissot colla sa joue par terre pour écouter si on ne marchait pas dans les environs . Il n’entendit rien . Ils étaient bien seuls, tout seuls.

莫利索把面夹贴在地面上,听听附近有没有人走动。他什么也没有听见。只有他们两个人, 没有别人。

Ils se rassurèrent et se mirent à pecher.
En face d’eux l’ile Marante abandonnée les cachait à l’autre berge. La petite maison du restaurant était close, semblait délaissée depuis des années.

他们放下心来,开始钓鱼了。
在他们的对面,荒凉的马朗岛挡住了视线,使对岸看不见他们, 饭店小屋子的门窗禁闭着,象是好多年没人管了。

M. Sauvage prit le premier goujon, Motrissot attrapa le second, et d’instant en instant ils levaient leurs lignes avec une petite bete argentée frétillant au bout du fil :
Une vraie peche miraculeuse.

索瓦热先生钓到第一条钩鱼,莫利索钓到第二条,他们不时地拉起钓竿,每次总在钓线的头子上挂着一条银光闪闪的小东西在跳动,真是奇迹般的收获!

Ils introduisaient délicatement lesq poissons dans une poche de filet à mailles très serrées, qui trempait à leurs pieds. Et une joie délicieuse les pénétrait, cette joie qui vous saisit quand on retrouve un plaisir aimé dont on est privé depuis longtemps.

他们细心地把鱼放进一只网眼很密的网袋里,网袋浸在他们脚边的水中。一阵极其愉快的喜悦透进他们的心田,那是一种很久得不到的乐趣一旦重新获得时的那种喜悦心情。
Le bon soleil leur coulait sa chaleur entre les épaules ; ils n’écoutaient plus
rien ; ils pensaient plus à rien ; ils ignoraient le reste du monde ; ils pechaient.

和熙的太阳晒得他们的肩膀暖洋洋的。他们什么也不再听了,什么也不再想了,他们对世界上的其他一切事情都不想知道,他们只知道钓鱼。

Mais soudain un bruit sourd qui semblait venir de sous terre fit trembler le sol.
Le canon se remettait à tonner.

突然,一阵沉闷的响声象是从地底下发生,震得地面发抖。大炮又开始响了。

Morissot tourna la tete , et par-dessus la berge il aperçut là-bas, sur la gauche,
la grande silhouette du Mont-Valérien, qui portait au front une aigrette blanche, une buée de poudre qu’il venait de cracher.

莫利索回转头来,从河岸的上面望去,只是左边那座瓦莱利山的巨大轮廓,山顶上有一团白絮,那是一团刚从炮口喷出来的硝烟。

Et aussitot un second jet de fumée partit du sommet de la forteresse ; et
quelques instants après une nouvelle détonation granda.

接着又有第二团烟从堡垒的顶上喷出,过了一会儿又是一阵新的爆炸声。

Puis d’autres suivirent ; et moment en moment, la montagne jetait son haleine
de mort, soufflait ses vapeurs laiteuses qui s’élévaient lentement dans le ciel calme , faisaient un nuage au-dessus d’elle.

接着有接连不断地时刻从山上喷出杀人的气体,那种奶白色的烟在宁静的天空中冉冉升起,在山顶上凝成一片烟云。

M. Sauvage haussa les épaules : « Voilà qu »ils recommencent », dit-il.
Morissot, qui regardait anxieusement plonger coup la plume de son flotteur,
Fut pris soudain d’une colère d’homme paisible contre ces enragés qui se battaient ainsi, et il grommela : « Faut-il etre stupide pour se tuer comme ça. »

索瓦热先生耸耸肩膀说:“瞧, 他们又干起来了。”
莫利索焦急地看着浮子上的羽毛接二连三地往下沉。突然这位性情爱好和平的人看到这批疯子们这样地打起来,生气了,愤愤地说:“ 干吗这么傻去自相残杀?”

M.Sauvage reprit : « C’est pis que des betes .»
Et Morissot, qui venait de saisir une ablette,déclara : « Et dire que ce sera toujouirs ainsi tant qu’il y aura des gouvernements.»

索瓦热先生回答说 :“真比畜生还不如。”
莫利索刚钓到一条欧鲅鱼, 说: “你想想,只要世界上有政府就得永远是这样。”

M.Sauvage l’arreta : « La République n’aurait pas déclaré la guerre... »
Morissot l’interrompit : « Avec les rois on a la guerre au dehors ; avec la République on a la guerre au dedans. »

索瓦热先生打断他的话,说:“如果有了共和国就不会宣战了。。。 。”
莫利索插嘴说:“有了国王,就到国外去打仗,有了共和国就在国内打。”

Et tranquillement ils se mirent à discuter, débrouillant les grands problèmes politiques avec une raison saine d’hommes doux et bornés tombant d’accord sur
ce point, qu’on ne serait jamais libres. Et le Mont-Valérien tonnait sans repos, démolissant à coups de boulet des maisons françaises , broyant des vies , écrasant
des etres, mettant fin à bien des reves, à bien des joies attendues, à bien bonheurs espérés, ouvrant en des coeurs de femmes, en des coeurs de filles, en
des coeurs de mères, là-bas, en d’autres pays, des souffrances qui ne
finiraient plus.

他们心平气和地讨论起来,他们用心地善良见识有限的普通人的正常理智去分析重大的政治问题,有一点他们的意见是一致的:人们永远不会有自由。瓦莱利山上炮声不绝,炮弹炸毁了法国的房屋,粉碎了好多人的生活,毁灭了多少人的生命,结束了多少个梦想和许多期待中的快乐与幸福,还给在别国的妻子、女儿、母亲的心里造成无穷无尽的痛苦。

« C’est la vie, » déclara M.Sauvage.
« Dites plutot que c’est la mort, »reprit en riant Morissot.

“这就是生活,”索瓦热先生说。
“还不如说这就是死亡,”莫利索笑着回答说。

Mais ils tressaillirent effarés, sentant bien qu’on venait de marcher derrière
eux ; et ayant tourné les yeux, ils aperçurent, debout contre leurs épaules,
quatre hommes, quatre grands hommes armés et barbus, vetus comme des domestiques en livrée et coiffés de casquettesplates, les tenant en joue au bout de
leurs fusils.

这时他们清楚地感觉到背后有人走动,吓得他们直发抖。转眼一看,看到四个全副武装的大个子,长着大胡子,穿得象着号衣的仆人似的,头上戴平顶军帽,对着他们的肩膀站着,枪口瞄准了他们。

Les deux lignes s’échappèrent de leurs mains et se mirent à descendre la rivière.
En quelques secondes, ils furent saisis, attachés, emportés, jetés dans une
barque et passé dans l’ile.

两根钓竿都脱手掉进河里,随流而下。
一会儿功夫,他们被抓住,捆起来被带走,仍进一条小船,渡河到岛上。

En derrière la maison qu’ils avaient cru abandonnée,ils aperçurent une
vingtaine de soldats allemands.

在他们原先以为没有人住的房屋后面,他们看到二十来个德国兵。

Une sorte de géant velu , qui fumait, à cheval sur une chaise, une grande
pipe de porcelaine, leur demanda, en excellant français : « Eh bien , messieurs, avez-vous fait bonne peche ? »

一个满身长毛的巨人般的家伙躺在一张椅子上,嘴里叼着一只很大的瓷烟斗在抽烟。他用很好的法语问他们:“先生们,鱼钓得很不错吧?”

Alors un soldat déposa aux pieds de l’officier le filet de poissons,qu’il avait eu soin d’emporter. Le Prussien sourit : « Eh ! eh ! je vois que ça n’allait pas mal. Mais
il s’agit d’autre chose. Ecoutez-moi et ne vous troublez pas.

这时一个士兵把他小心翼翼地带回来的那只装满了有鱼的网袋父亲能够在军官的脚边。普鲁士人微笑 说:“嘿,嘿,我知道收获不小麽。可是问题不在这儿。听我说,别惊慌。

²Pour moi, vous etes deux espions envoyés pour me guetter. Je vous prends et
je vous fusille. Vous faisiez semblant de pecher, afin de mieux dissimuler vos projets. Vous etes tombés entre mes mains, tant pis pour vous ; c’est la guerre. »

“依我看来,你们是两个派来侦察我们的间谍。现在被我抓住了,我就要枪毙你们。你们假装钓鱼是为了掩盖你们的企图。现在你们落到我的手里,活该,这是战争。

« Mais comme vous etes sortis par les avant-postes, vous assurément un
mot d’ordre pour rentrer. Donnez-moi ce mot d’ordre et je vous fais grace. »

“不过, 你们是从前哨出来的,那么2回去肯定有个口令,你们把这个口令告诉我,我就饶了你们。”

Les deux amis , livides, cote à cote, les mains agitées d’un léger tremblement nerveux, se taisaient.

两个朋友 并肩站着,脸色铁亲,紧张得双手微微哆嗦,一声不响。

L’officier reprit : « Personne ne le saura jamais, vous rentrez paisiblement.
Le secret disparaitra avec vous . Si vous refusez, c’est la mort, et tout de
suite . Choisissez. »

军官又说:“这事谁也不会知道,你们可以平平安安地回去。这个秘密将随你们一起消失。如果你们拒绝,那就是死路一条,而且马上就死。你们选择吧!”

Ils demeuraient immobiles sans ouvrir la bouche.
Le Prussien, toujours calme, reprit en étendant la main vers la rivière :
« Songez que dans cinq minutes vous serez au fond de cette eau. Dans
cinq minutes ! Vous devez avoir des parents ? »

他们还是不动,不开口。
普鲁士人始终很平静,伸手指向河流,说:“你们能够一想,五分钟以后你们将沉入水底,五分钟!你们该有亲人吧?”

Le Mont-Valérien tonnait toujours.
Les deux pecheurs restaient debout et silencieux. L’Allemand donna des
ordres dans sa langue. Puis il changea sa chaise de place pour ne pas se
trouver trop près des prisonniers ; et douze hommes vinrent se placer à
vingt pas, le fusil au pied.

瓦莱利山上的大炮一直在轰隆隆地响着。
两个钓鱼人仍旧站着不说话。德国人用他的本国话发出命令,然后把椅子挪离俘虏远一些。十二个士兵来到离他们二十步远的地方,站定,把枪靠在脚边。

L’officier reprit : « Je vous donne une minute ; pas deux secondes de plus. »
Puis il se leva brusquement, s’approcha des deux Français, prit Morissot
sous le bras, l’entraina plus loin, lui dit à voix basse : « Vite, ce mot d’ordre ? Votre camarade ne saura rien, j’aurai l’air de m’attendrir. »
Morissot ne répondit rien .

军官又说:“我再给你们一分钟时间,多两秒也不行。”
接着,他突然站起来,走到两个法国人的身边,抓着莫利索的胳膊,将他拉到远一点的地方,低声对他说:“快点,这个口号是什么?你的同伴什么也不会知道的,我可以装作可怜你们的样子。”
莫利索什么也不回答。
Le Prussien entraina alors M. Sauvage et lui posa la meme question.
M. Sauvage ne répondit pas.
Ils se retrouvèrent cote à cote.

普鲁士人又把索瓦热先生拉过去,向他提出同样的问题。
索瓦热先生回答。
他们又并排站在一起。

Et l’officier se mit à commander. Les soldats élevèrent leurs armes.
Alors le regard de Morissot tomba par hasard sur le filet plein de goujons,
resté dans l’herbe, à quelques pas de lui.

军官开始发令了。士兵们举起枪来。
这时莫利索的目光偶而落在离他几步远的草丛中那只盛满钩鱼的网袋上。

Un rayon de soleil faisait briller le tas de poissons qui s’agitaient encore.
Et une défaillance l’envahit. Malgré ses efforts, ses yeux s’emplirent de larmes.

一道阳光照在一堆还在跳动的鱼身上,鱼身闪闪发光。他抑制不住了。尽管他极力忍住,眼睛里却充满了泪水。

Il balbutia : « Adieu, monsieur Sauvage. »
M. Sauvage répondit : « Adieu, monsieur Morissot. »
Ils se serrèrent la main, secoués des pieds à la tete par d’invincibles tremblements.

他结结巴巴地说:“永别了,索瓦热先生。”
索瓦热先生回答说:“永别了,莫利索先生。”
他们握了握手,浑身不由自主地直打哆嗦。

L’officier cria : « Feu ! »
Les douze coups n’en firent qu’un.
M. Sauvage tomba d’un bloc sur le nez.Morissot, puis grand, oscilla,
pivota et s’abattit en travers sur son camarade, le visage au ciel, tandis
que des bouillons de sang s’échappaient de sa tunique crevée à la poitrine.

军官喊道:“放!”
十二枪齐发。
索瓦热先生脸朝地直挺挺地倒了下去。莫利索个子比较大,身子晃动了一下,转了转,朝天横倒在他朋友的身上。鲜血从被打穿了的军衣的前胸直淌出来。

L’Allemand donna de nouveaux ordres.
Ses hommes se dispersèrent, puis revinrent avec des cordes et des pierres
qu’ils attachèrent aux pieds des deux morts ; puis ils les portèrent sur la berge.
Le Mont-Valérien ne cessait pas de gronder, coiffé maintenant d’une montagne
de fumée.

德国人又发出新的命令。
士兵们散开了, 随即带来了绳子和石块。他们把石块缚在两个死人的
脚上,再把他们抬到岸边。
瓦莱利山上炮声隆隆不停,现在山头上盖有一大堆浓烟。

Deux soldats prirent Morissot par la tete et par les jambes ; deux autres
saisirent M. Sauvage de la meme façon. Les corps, un instant balancés avec
force, furent lancés au loin, décrivirent un courbe, puis plongèrent, debout,
dans le fleuve, les pierres entrainant les pieds d’abord.

两个士兵一人扛头、一人扛脚把莫利索抬起来,另外两个也同样地把索瓦热先生抬起。他们把两具尸体用力来回摆动了一下没便扔向远处。尸体划出一道弧线,随后,缚有石块的脚首先笔直地掉进河里。

L’eau rejaillit, bouillonna, frissonna, puis se calma, tandis que de toutes
petites vaguess s’en venaient jusqu’aux rives.
Un peu de sang flottait.

河水溅起,水面翻腾、荡漾了一会儿,随后又平静下来,这时很多
细小的波纹伸展开去,直达两岸。
水面上浮起一点儿鲜血。

L’officier, toujours serein, dit àmi-voix : « C’est le tour des poissons maintenant. »
Puis il revint vers la maison.
Et soudain il aperçut le filet aux goujons dans l’herbe. Il le ramassa, l’examina,
sourit,cria : « Wilhelm ! »

军官始终神色泰然,低声说:“现在该轮到鱼了。”
接着他又向屋子走回去。
他突然见到草丛中那只装钩鱼的网袋,他把它拾起来,看了看,
微笑着,喊:“威廉!”

Un soldat accourut, en tablier blanc. Et le Prussien, lui jetant la peche des
deux fusillés, commanda : « Faites-moi frire tout de suite ces petits
animaux-là pendant qu’ils song encore vivants. Ce sera délicieux. »
Puis il se remit à fumer sa pipe.

一个穿白围裙的士兵跑了过来。那个普鲁士人把两个被枪毙的人所钓
到的鱼扔给他,吩咐说:“趁这些小东西还活着,马上给我煎好,味道一定鲜美。”
随后,他又吸起烟斗来。

 
页码:第[1]页 
来源:缘缘法语 BBC《MUZZY》初学法语字幕视频教程
[关闭窗口] [ ] [打印] [法语学习网址]
·热点资讯推荐· 缘缘法语社区
·学习文章推荐· 学习资源下载

精品推荐
阅读排行
·16个法国电台在线听
·[基础听力1]Le Bon-难度
·[小彭说法语]礼貌用语/数字/时
·[法国幼儿动画片]Trotro小
·[多媒体动画]都德:最后一课《D
·每周听力小测试:La rentr
·[日常对话Mp3]在酒店
·[名著朗读]LE PARAPLU
·[跟我读单词3]La salle
·[跟我读单词1]Salutati
 
关于缘缘 | 免责声明 | 广告服务 | 联系方式 | 意见反馈 | 常见问题 | 网站导航
Copyright©2005-2008 yuanFr.com. All Rights Reserved. 缘缘法语 版权所有 QQ群:7956287 14783316 8158368 Msn群:mgroup28325@hotmail.com