首页 法国新闻 中法关系 入门语音 法语阅读 专题学习 法国大学 法国电影 法国香颂 留学法国 在线词典 下载 图片 招聘 院校搜索 网址 商城 论坛
目前位置:缘缘法语 > 法国写真 > 浪漫爱情
文章搜索:
【法语阅读】法国贫民窟里的一对情侣

http://www.yuanFr.com 编辑:yuanFr 发布时间:2010-1-24
[加入ViVi收藏夹] [收藏到365Key] [ ]

Justine 和 Nicolas,如今住在巴黎,两人的薪水已经不能维持生计了,于是,他们选择居住在帐篷里。
[1] 他们的双手出卖了他们的生活

Comme tous les matins, Justine s’est réveillée à 7 heures pour être à 8 h 30 dans le supermarché du centre de Paris où, depuis bientôt deux mois, elle est caissière en CDI. Payée au smic, elle dit gagner de 1 300 à 1 400 euros par mois en comptant les heures supplémentaires et les week-ends. Dehors, l’eau de la gamelle de Tao et Havana, ses deux chiens, a gelé. Toujours allongée sous les couvertures, Justine a enfilé un poncho sur ses épaisseurs de pulls et d’écharpes. Elle n’est pas allée aux toilettes depuis la veille au soir. La fontaine ayant été coupée à cause du froid, elle doit aussi se passer de son débarbouillage matinal. Comme chaque jour, Nicolas l’accompagne au métro. Dans le dédale des sombres allées du bois, il craint qu’elle fasse une mauvaise rencontre.

Justine a 22 ans, un an de moins que Nicolas. Ils sont minces, trop minces. « J’ai perdu 10 kilos et lui 6 », confie-t-elle. Depuis trois mois, ils dorment sous une tente qui ne ferme plus, dans le bois de Vincennes, près de Paris. Pour plus de sécurité, ils se sont installés à côté d’autres SDF. Une fois, ils ont découvert un inconnu, armé d’un couteau, dormant dans leur abri. Un autre soir, ils ont retrouvé leur tente vide. Alors, ils ne laissent presque rien : livres, bougies, couvertures, duvets, brioches et croquettes pour chien. Pas de réchaud, car le gaz gèle. La bâche tendue au-dessus de leur tente plie sous la neige. Justine a relevé ses longs cheveux en chignon. « Ainsi, on ne voit pas s’ils sont sales ou propres. » Pourtant, elle prend soin d’elle. Un jour sur deux, après le travail, elle file aux bains-douches. Rien chez elle ne dénote ces cinq interminables mois dans la rue. Sauf ses mains abîmées et ses ongles noircis. Justine sourit souvent, les yeux malicieux. Habillé de son manteau de snowboard, vestige du temps où il sillonnait les pistes des Alpes sur sa planche de surf, Nicolas a enfoncé son bonnet sur ses sourcils. Plus réservé, il éprouve plus de difficultés à masquer son désarroi. Ils se sont rencontrés en Haute-Savoie. Elle était en vacances, elle est revenue l’année suivante pour « être avec lui » et passer, après son bac ES, un bac pro dans les métiers de la montagne. Nicolas a obtenu un BEP, puis un bac pro en menuiserie. Ensuite, ils ont sillonné la France au gré des saisons. L’hiver dans les Alpes, lui menuisier, elle barmaid, et l’été dans le Sud. Près de cinq ans à ce rythme. « On habitait des chambres de 8 ou 9 mètres carrés qu’il fallait rendre à la fin de la saison. On a eu envie d’avoir notre chez nous, de nous poser. On s’est dit pourquoi pas Paris ? »

Seules ses mains trahissent la vie de Justine

En arrivant, après une dernière saison à Bayonne, ils se sont installés à l’hôtel, attendant la première fiche de paie qui leur ouvrirait, croyaient-ils, les portes d’un appartement. « On a dépensé toutes nos économies, puis j’ai commencé à signer des chèques en bois », confie Justine. Mi-septembre, ils étaient très endettés et ne pouvaient plus retirer d’espèces. Ils ont alors planté leur tente dans le bois de Vincennes. « On pensait que c’était provisoire, l’affaire de quelques jours », se souvient-elle. Leur tente est devenue leur maison. On leur a proposé des places dans des foyers, « mais pas ensemble et sans nos chiens », précise Justine. Ces deux-là semblent unis à jamais. Huit ans qu’ils se connaissent, cinq qu’ils se sont embrassés pour la première fois. Cinq années accrochés l’un à l’autre « parce qu’on s’aime plus que tout », dit Nicolas dans un de ses regards heureux. Mais aussi parce que chacun est la bouée de l’autre. « Sans elle, assure-t-il, j’aurais sûrement sombré dans l’alcool. » Justine pourrait s’installer chez l’une de ses sœurs, mais sans son compagnon. Alors elle reste. Quant à leurs chiens, presque toujours interdits dans les centres d’hébergement d’urgence ou les foyers, pour rien au monde ils ne s’en sépareraient. C’est leur famille.

De la leur, éparpillée, ils n’ont guère de nouvelles. Nicolas aimerait renouer avec ses parents, « mais quand ça ira mieux. Je ne veux pas qu’ils me voient comme ça ». Pas de garantie familiale, donc, pour l’appartement. « Mon employeur se porte garant du loyer jusqu’à 400 euros par mois et paie la caution », affirme Justine. Grâce au bouche-à-oreille, ils ont entrepris quatorze fois des démarches pour un appartement. Le dernier, un 9 mètres carrés à Saint-Mandé à 420 euros, ils y ont cru. « On avait signé. La veille du délai de rétractation, la propriétaire a décidé de le garder pour son petit-fils. Mais elle n’en a pas ! Je l’ai très mal vécu. » Car c’est cet espoir que tout aille mieux demain qui les fait tenir. Après avoir accompagné Justine au métro, Nicolas entreprend le tour des associations et des services sociaux. Ils ont moins de 25 ans et ils n’ont droit à rien. Le RSA pour les jeunes, personne ne lui a dit s’il pouvait en bénéficier. Nicolas s’y connaît pourtant dans le dédale des aides aux démunis : vestiboutique pour les vêtements, associations qui donnent des Titres-Restaurant, celles où l’on peut trouver un repas chaud, faire une lessive ou soigner son chien... Consciencieusement, il cherche une porte de sortie, remplit les demandes de logement social, rencontre les assistantes sociales... Il ne travaille pas, car il ne peut pas laisser les chiens sous la tente.

 
页码:第[1]页 第[2]页 
来源:PARIS MATCH BBC《MUZZY》初学法语字幕视频教程
[关闭窗口] [ ] [打印] [法语学习网址]
·热点资讯推荐· 缘缘法语社区
·学习文章推荐· 学习资源下载

精品推荐
阅读排行
·爱情哲理小品
·大家一起学爱情amour词汇
·法国人眼中的爱情
·[情人节法语]法语爱情格言大盘点
·法国人把性爱当艺术
·法国人:爱情高于祖国
·[情人节法语]法语表达爱情句型词汇
·法兰西性爱调查Les pratiques sexuelles des Français
·当老外玩够了中国女人后……
·法国旅途趣闻:喝杯咖啡=一夜情?
 
关于缘缘 | 免责声明 | 广告服务 | 联系方式 | 意见反馈 | 常见问题 | 网站导航
Copyright©2005-2008 yuanFr.com. All Rights Reserved. 缘缘法语 版权所有 QQ群:7956287 14783316 8158368 Msn群:mgroup28325@hotmail.com