首页 法国新闻 中法关系 入门语音 法语阅读 专题学习 法国大学 法国电影 法国香颂 留学法国 在线词典 下载 图片 招聘 院校搜索 网址 商城 论坛
目前位置:缘缘法语 > 法语学习 > 法语阅读
文章搜索:
法国关于香港陈冠希艳照门事件的报道

http://www.yuanFr.com 编辑:yuanFr 发布时间:2008-2-21
[加入ViVi收藏夹] [收藏到365Key] [ ]

Un cyberscandale déferle sur la Chine 席卷中国的网络丑闻

费加罗报十分关注中国及中国人的生活,已多次深入中国西北地区进行专访,关注农民问题,视角独特深刻,尽管有些论据有失偏颇但探究精神也是难能可贵,这一点中国媒体就相差太远,一说美国就是纽约,华盛顿,一说法国就是巴黎,一说日本就是东京,报道毫无深度可言。记得前些年央视名嘴看日本,基本就是导游节目加名人访谈,并没展现更深的东西。

De notre correspondant à Pékin Jean-Jacques Mével
19/02/2008 | Mise à jour : 16:37

Malgré le resserrement annoncé des contrôles sur l'Internet (ici : un cybercafé pékinois), des clichés érotiques de vedettes hongkongaises ont pu être échangés par les 200 millions d'internautes chinois. Crédits photo : Pierre BESSARD/REA
Parti de Hongkong sur la Toile, un scandale plutôt salé s'est joué de la grande muraille de la censure chinoise, en se répandant sur le continent. C'est un revers humiliant pour Pékin, qui tente de resserrer le contrôle des images avant les Jeux olympiques.

Hongkong est aux 1 300 000 000 de Chinois ce que Broadway et Hollywood sont aux Américains : l'usine à rêves sous les projecteurs, les paillettes et les ponts d'or. Les idoles peuvent y avoir aussi un visage trouble, à l'image de Britney Spears et de Paris Hilton. Le plus salé des cyberscandales s'est emparé de l'ex-colonie britannique et menace tout bonnement d'envahir la République populaire. Tout commence juste avant l'année du Rat (qui a débuté le 7 février), par l'apparition sur Internet d'une photo floue, de toute évidence prise dans une chambre. On croit y reconnaître Edison Chen, 27 ans, chanteur vedette et bourreau des cœurs de toute la Chine, en compagnie de Gillian Chung, 27 ans, autre habituée du hit-parade et quasi-marraine de Disneyland, l'attraction hongkongaise numéro un pour les «continentaux». Les deux stars de la jeunesse chinoise chacune fiancée de son côté ont d'abord fait croire qu'il s'agissait d'un montage. L'ennui est que, depuis, des dizaines de clichés ont déferlé sur la Toile, chaque jour plus précis. Un mystérieux «Kira» a promis d'en mettre en ligne 1 300 au total, assortis d'une longue vidéo d'Edison et de Gillian. Il n'y a pas que la jeune femme, saisie 104 fois en position délicate. Edison se montre à découvert avec Bobo Chan, actrice de série B (116 photos) Cecilia Cheung, superstar de la pop cantonaise (143), Candice Chan, ex-candidate au diadème de Miss Chine International, Rachel Ngan, mannequin vedette, et Vincy Yeung, nièce d'un magnat de l'industrie du loisir.

Personne ne conteste plus l'authenticité des images. Une partie de la bonne société hongkongaise bat sa coulpe et dénonce la dérive people. Dans l'île, des parents inquiets consultent des psychologues et éloignent les enfants de l'ordinateur. Sur le continent, des millions de cybernautes ont pu entrevoir leurs stars du micro et de l'écran, sans fard ni mise en scène. De fait, la censure communiste caviarde moins facilement ce qui vient de Hongkong. Edison Chen, le séducteur, n'a pas commis d'autre indiscrétion que de mitrailler sur le vif chacune de ses partenaires, visiblement consentantes. Parti aux États-Unis, il a laissé sur son blog une vidéo priant les internautes «de ne pas regarder ces clichés». Autant leur faire de la publicité. Aussi hypocrite, Gillian Chung reconnaît avoir été «naïve et stupide». Sur scène, elle prêchait il y a peu la chasteté avant le mariage. La police de Hongkong, pressée d'agir, a cru stopper le «Photogate» lorsqu'elle a arrêté un réparateur d'ordinateurs. Il avait eu entre les mains le portable rose dans lequel Edison stockait ses images trophées. Il s'est retrouvé derrière les barreaux. Mais il n'est pas le mystérieux Kira, semble-t-il. De nouvelles images ont envahi l'écran et la justice hongkongaise, fair-play comme son modèle britannique, vient de le faire relâcher.

La Chine continentale, souvent railleuse des excès de Hongkong, n'a pas mieux résisté à cette avalanche de chair sous tous les angles. Les images d'Edison avec Gillian, Bobo, Cecilia, Candice ou Vincy ont franchi la grande muraille de la cybercensure avec une facilité déconcertante. Le relâchement policier dû à la nouvelle année du Rat n'y serait pas étranger. Juste avant l'explosion du scandale, Pékin avait pourtant annoncé un resserrement des contrôles sur l'Internet. Seuls gardent le droit de diffuser un contenu audiovisuel les portails contrôlés par l'État. Se trouvent ainsi disqualifiés sur le sol chinois les sites vidéo comme YouTube et les recherches conduites sur des moteurs d'origine étrangère comme Google ou Yahoo!. Officiellement, la censure systématique d'Internet n'existe pas en Chine. Il s'agit de resserrer le contrôle des images, avant des J. O. que Pékin veut sans bavure. Est interdit, selon la nouvelle réglementation, tout contenu «violent, sexuel, qui a trait au secret d'État ou qui décrit des situations moralement, socialement ou politiquement néfastes».

Le nouveau dispositif n'a pas résisté à l'épreuve du feu. Lorsque les portails Internet hongkongais, craignant la mauvaise humeur de l'opinion publique, ont tenté de freiner l'explosion du «Photogate», les puissants serveurs du continent ont discrètement pris le relais. Incidemment, le premier CD-ROM compilant les photos du scandale de Hongkong vendu 2 euros a été fabriqué à Shenzhen, l'ancien avant-poste des réformes économiques en République populaire. Il devient de plus en plus compliqué de surveiller 200 millions d'internautes, une population qui dépassera bientôt celle des États-Unis. L'Internet chinois n'est pas encore le temple virtuel de la liberté de pensée que l'on imagine en Occident. Tapés sur un clavier, les «3 T» tabous Taïwan, Tibet et Tiananmen suscitent toujours une réaction fulgurante des bataillons de cyberpoliciers qui écument la Toile chinoise. Mais c'est quand même, et de loin, l'espace d'expression publique le moins réprimé à l'intérieur de la Grande Muraille. La censure chinoise, armée de moteurs de recherche, de mots-clefs, de logiciels de reconnaissance d'images et autres programmes espions, a gommé assez vite les clichés en ligne d'Edison Chen, de la même façon qu'elle pourchasse avec acharnement toute image du dalaï-lama. Mais elle n'a pas réussi à faire taire la rumeur, dans la pénombre des forums de l'Internet. À défaut de voir les images, les cyberfoules chinoises les commentent et discutent de leur authenticité. À moins de six mois des J. O., les censeurs du Parti communiste ont du souci à se faire.

 
页码:第[1]页 
来源:lefigaro.fr BBC《MUZZY》初学法语字幕视频教程
[关闭窗口] [ ] [打印] [法语学习网址]
·热点资讯推荐· 缘缘法语社区
·学习文章推荐· 学习资源下载

精品推荐
阅读排行
·即使没有王子,我仍是公主(法语版
·莫泊桑《羊脂球》Guy de M
·[中法对照]法国大餐菜谱学着做
·欧洲人眼中中国十大最美的城市
·le petit prince(
·2008北京奥运会吉祥物福娃法文
·法国关于香港陈冠希艳照门事件的报
·法汉对照:巴黎的中国卖淫女
·《巴黎圣母院》法语原著(附中文翻
·小王子Le petit Prin
 
关于缘缘 | 免责声明 | 广告服务 | 联系方式 | 意见反馈 | 常见问题 | 网站导航
Copyright©2005-2008 yuanFr.com. All Rights Reserved. 缘缘法语 版权所有 QQ群:7956287 14783316 8158368 Msn群:mgroup28325@hotmail.com